Vacances nomades à vélo sur le Canal du Midi

Pour la deuxième année consécutive, nous avons opté pour des vacances à vélo et en tente. Direction Béziers pour découvrir le Canal du Midi. Nous partons en famille et en toute simplicité. Les loulous qui viennent d’avoir 6 et 8 ans sont surexcités de cette nouvelle aventure. 

10h00, nous sommes arrivées sur le parking de Béziers plage. Nous équipons les vélos, chargeons la remorque et trouvons une place pour les doudous. La bataille a été dure entre tous pour savoir lesquels pourraient être du voyage. 

10h30, voiture stationnée en centre-ville, nous rejoignons avec beaucoup d’effort le canal du midi (monté les vélos à bout de bras une trentaine de marches). Les efforts en valait la peine, nous voilà sur un très beau pont au-dessus de l’orb avec une vue magnifique sur la cathédrale. 

Après une séance photos, vidéos, wahoo, nous pédalons enfin pour arriver aux fameuses 9 écluses. Nous admirons le travail de Pierre Paul Riquet et les loulous nous expliquent le système des écluses ayant regardé C’est pas sorcier “les écluses” avant le départ. Nous avons attendu une péniche en vain, rempli les gourdes à leur maximum est repris la route. 

Le chemin est très beau… Pour quelques mètres seulement, sortie du côté touristique, il ressemble plus à un cirque dans une jungle. Imaginez une goulotte large de 20cm avec des herbes folles autour de 50cm de hauteurs. Le spectacle nous plaît, malgré la difficulté de passer avec la remorque. 

Le trajet aura été court. 12h30, le vélo de monsieur à cassé, demi-tour à pied obligatoire pour réparation. L’avantage, c’est que nous avons pu voir une péniche passer les 9 écluses. Départ décalé, le temps de la réparation. 

Acte 2 Canal du Midi

Cette fois, nous optons pour un départ de Carcassonne. (suite à notre pause réparation). Et ce qui est sûr, la remorque restera dans la voiture

Nous avons la chance de trouver une place le long du canal sur la partie gauche de la gare sncf. Pour la deuxième fois, nous équipons les vélos après s’être drôlement allégé. La bataille a une nouvelle fois été rude entre les doudous sélectionnaient au 1er départ. Chienchien, Lapinou et Olaf font parti du voyage. 

Jour 1 Carcassonne – Marseillette (23 km)

9h00, nous entamons avec sourire et légèreté le Canal du Midi par la rive droite. Une fois sortie de la ville, du pur bonheur, pas de bruit, de l’ombre, des beaux paysages, et un chemin digne de ce nom. Quelques vélos et bateaux croisent notre chemin, ainsi que le fleuve de l’Aude en contrebas du canal. Pause maillot obligatoire. Nous passons plus de deux heures à se baigner avant de reprendre la route. Nous regardons les bateaux passés chaque écluse. 23km plus tard, nous posons notre tente après Marseillette. Nos vacances sont basées sur l’instant présent et la simplicité et non sur une course contre le temps à enchaîner des kilomètres. 

Jour 2 Marseillette – Homps (20km)

Après un petit déj bien mérité, nous plions bagages et reprenons la route. Toujours presque seul, nos petits kilomètres s’enchaînent à l’ombre des grands platanes qui ont survécu à la maladie et parfois au soleil, les nouvelles variétés d’arbres ne remplissant pas encore leur fonction ombrageuse. Nous croisons toute une allée de jeunes noyers, et beaucoup de chênes, saules, amandier amer (qui étaient déjà en place). Je trouve dommage, qu’une partie des platanes ne soient pas remplacés par des arbres fruitiers. Imaginez un verger bordant le Canal du Midi. Le rêve… Aujourd’hui nous avons encore eu la chance de croiser un cours d’eau. Le soleil tape en ce début d’après midi, nous y passons quelques heures à se baigner avant de reprendre la route pour Homps. Pour notre plus grand bonheur, nous avons trouvé des énormes figues fleurs et des prunes. Les figuiers, il faut quand même le dire, ne manquent pas le long du canal, mais nous ne sommes pas encore dans la saison de maturité. Nous posons la tente 2 kilomètres après la sortie du village. 

Jour 3 Homps – Le Somail (20 km à la base, on en fera 30 au final)

Le ciel est légèrement couvert ce matin, et j’ai envie de dire tant mieux, nous croisons aucun platane sur notre chemin. On avance drôlement bien, et comme tous les jours, on s’arrête à chaque écluse pour regarder les bateaux monter ou descendre. Et même pour admirer les maisons des éclusiers (une reconversion possible pour mon chéri). Et comme tous les jours, on s’arrête à chaque village que l’on croise pour faire le plein d’eau, de pain, et de légumes et bien évidemment le visiter. Au bord du canal, nous trouvons un lieu plat et à l’ombre pour notre pique-nique et sieste avant de reprendre la route.

Le Somail est là devant nous, avec sa tranquillité de vivre. Nous courons vite à La Cascade de Glace de l’autre côté de la rive et prenons chacun une double glace, aussi bonne les unes que les autres. Nous passons un très long moment dans sa fameuse librairie mythique avant de reprendre la route et une nouvelle fois découvrir un cours d’eau en contrebas du canal. Nous y resterons jusqu’à 18h. Nous hésitons tous, dormir sur place ou reprendre la route à la fraîche. On opte pour la deuxième option. Tous en forme nous roulons encore 10km avant de poser la tente à découvert (le ciel est menaçant et le département d’à côté est en alerte orange pour les orages). Un bon repas avec un merveilleux dessert que la nature nous a offert pour nos 30km de route aujourd’hui. 

Jour 4 Le Somail – Capestang (20km), on en fera 30 au final

La nuit a été électrique tout autour de nous, mais nous avons été épargné. Seulement, quelques gouttes sont venues chatouiller la tente qui est sèche à notre réveil. Ce matin d’ailleurs, la grâce mat nous a gagné, on se lève à plus de 8h30 pour un départ à presque 10h. 

Notre étape initiale n’est plus qu’à 10km, nous arrivons tout transpirant à Capestang, pas d’ombre, le chemin est parfois compliqué comme lors de notre faux départ. Nous faisons le plein d’eau près de l’église qui est admirable et nous prenons un diabolo en terrasse. Comme une débutante, j’ai oublié de dire sans paille, et la serveuse arrive toute fière en disant les enfants, j’ai pensé à vous, je vous ai mis une paille. Sur ce faux pas dans notre routine zéro déchet, nous reprenons la route et trouvons un coin plat et ombragé pour notre pique-nique et notre sieste. 

Il est 13h et il nous reste 15km pour arriver à Béziers. On reprend la route en espérant vivement avoir la chance des jours précédents. Les maillots trônent fièrement dans mon panier à la recherche d’un cours d’eau, mais rien… Même pas d’ombre, j’avoue que la route est un peu dure psychologiquement aujourd’hui, pas de baignade, pas d’ombre, jusqu’à arriver au tunnel de Malpas. On voit là, de l’ombre. Mais pas que… Nous imaginons, comme tout au long de notre trajet, des milliers d’hommes le creuser à la pelle et à la pioche. L’ouvrage est magnifique, comme tout le travail de Riquet d’ailleurs.

Nous reprenons la route et cette fois, on change de rive après le tunnel. Béziers est à 10km, nous espérons en secret toujours pouvoir se baigner même si à plusieurs reprises nous avons trempé nos pieds dans le canal, mais rien. 

Wahoo trop de chance, nous trouvons un coin d’ombre… D’environ 2m2, nous décidons de faire une pause goûter (et désespoir pour moi), sous un amandier. Par réflexe, je goûte une amande et… Bingo, enfin un amandier comestible

Une heure, plus tard, nous décidons de repartir et de se trouver un endroit pour poser la tente avant la ville. Surprise 50m plus tard nous apercevons la cathédrale de Béziers, regain d’énergie pour tous, nous sommes arrivés. Il est trop tard pour prendre le train retour qui mènera mon chéri jusqu’à la voiture.

Nous posons la tente au bout du chemin de Béziers plage au pied du barrage/cascade de l’orb. C’est très bruyant, mais au moins nous n’entendons pas les voitures juste l’eau et léooonnn une partie de la nuit. Un paon est dans les parages. Et il faut le dire la vue est magnifique. Sans le vouloir nous avons fait 30 km au lieu des 20 prévus initialement. 

Paquetage

4 vélos – 4 caques – 4 paires de lunettes – 2 doubles sacoches – une cagette – un tapis de pique-nique – sac à pain

Vêtements

  • Une tenue sur soi
  • Une autre de rechange
  • Un pull
  • Un mouchoir pour chacun

Salle de bain

  • 4 brosses à dent
  • 1 luffa
  • 1 savon de Marseille
  • 1 baume à lèvre
  • 1 dentifrice
  • 1 huile végétale
  • 1 rouleau de papier toilette

Cuisine

  • 4 assiettes, fourchettes, cuillères
  • 2 couteaux
  • 6 gourdes
  • 1 réchaud
  • 1 gamelle compacte
  • 4 serviettes de table
  • 1 torchon, un savon de Marseille et un tawashi

Nourriture

Pour respecter notre mode de vie et étant presque certain de ne pas trouver de produits secs en vrac sur notre route, nous sommes partis avec notre kit produits secs dans nos sacs en tissus, boulgour, pâte, riz, mélanges de graines, et fruits secs. Sur mon porte vélos trônait fièrement une cagette en bois avec des courgettes et des concombres du jardin de mes parents et au fur et à mesure du voyage elle se vidait et remplissait de nos cueillettes et achats. 

Couchage

  • 1 Tente compact 3 places
  • 3 tapis de sol autogonflant
  • 4 sacs à viande
  • 2 oreillers gonflables,
  • 1 mini lampe
  • 1 frontale

Divers

  • 1 trousse de secours pour nous
  • 1 trousse de secours pour le vélo
  • 1 hamac
  • 2 bougies à la citronnelle
  • 1 anti-moustiques
  • 1 crème solaire.

Les + 

  • Accès à l’eau sans grande difficulté
  • Ombragé en partie
  • Très calme
  • Pas de pollution sonore ou visuelle, malgré quelques déchets.
  • Le paysage
  • Des conteneurs poubelles à chaque écluse et bien évidemment dans chaque village

Les –

  • Chemins parfois très peu praticables
  • Manque d’ombre de Capestang à Béziers 
  • Les traversés de route souvent dangereuses (sortie de virage, route départementale fréquentée)

Les surprises positives ou négatives

  • Cueillettes de figues et prunes jaunes et rouges
  • 3 portions de route, pas très longues mais avec des enfants nous appréhendons toujours ces moments surtout quand il faut traverser la route en sortie de virage sur une départementale pour rejoindre le canal.
  • Les 3 cours d’eau qui nous ont permis la baignade

À revoir (selon moi)

  • Remblayer le chemin pour éviter cet aspect équilibriste dans une goulotte de 20cm
  • Pour le reste des platanes à remplacer (suite maladie) prévoir une partie d’arbres fruitiers
  • Les accès dangereux
  • Mieux signaler les points d’eau
  • Noter les km restant entre chaque étape
  • J’aurais apprécié que les éclusiers proposent des produits du terroir (fruits, légumes, vins, jus) et glaces artisanales.

En conclusion

Nous avons passé un très bon moment en famille, au rythme de nos envies sans contrainte aucune. Surtout, n’envisagez pas de prendre une carriole à deux-roues sur cette portion, que ce soit pour les enfants ou les bagages.

Mais au fait ça à donné quoi niveau déchet ?

  • 2 ficelles de saucissons
  • 2 pailles laissées au bar (et oui, même les pros restent humains et font des erreurs de débutant)
  • Du papier toilette que nous jetons dans les conteneurs au fil de notre route

LE CONCEPT

La Terre de nos enfants vous accompagne dans votre Transition Ecologique.

En toute simplicité, avec naturel et bienveillance participez à nos formations Zéro Déchet et découvrez nos prestations qui s’adaptent à tous les instants d’une vie.

NOUS CONTACTER

Contact@laterredenosenfants.fr

(+33)629561887

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :